Milieu municipal

Environnement

Lutte intégrée

La FIHOQ reconnaît les principes de la lutte intégrée.

Il s'agit d'une démarche de planification et de gestion qui utilise une variété de méthodes de réduction des populations d’organismes nuisibles à des niveaux acceptables. Ce type de lutte comporte des techniques de prévention et de dépistage pour établir le seuil acceptable d’organismes nuisibles, afin de déterminer à quel moment prendre des mesures correctives par des moyens de lutte culturale et biologique, et par l’application de pesticides en cas de nécessité seulement.

Les stratégies de lutte intégrée sont personnalisées selon les besoins et les exigences des particularités locales. Elles comportent l’utilisation de matériaux et de méthodes qui sont :

  • les moins perturbants dans les luttes naturelles;
  • les moins dangereux pour la santé humaine;
  • les moins toxiques pour les organismes non ciblés;
  • les moins dommageables pour l’environnement en général;
  • les plus susceptibles d’entraîner une réduction à long terme des organismes nuisibles;
  • les plus faciles à réaliser avec efficacité;
  • les plus rentables à court et à long terme.

En milieu urbain, la lutte intégrée n’est pas seulement une approche d’intervention, elle a également pour objectif de mettre en place l’adaptation des aménagements paysagers afin de prévenir l’apparition de problèmes phytosanitaires. Plus globalement, la lutte intégrée en milieu urbain introduit la notion d’intervention préventive dans la planification de l’aménagement paysager, dans sa mise en place et son entretien. Cette approche, qui rejoint tous les secteurs représentés par la FIHOQ (production, commercialisation et services), se résume par le principe de « la bonne plante au bon endroit ».

La FIHOQ préconise encore et toujours la lutte intégrée pour réduire l’utilisation des pesticides dans la gestion des problèmes phytosanitaires reliés aux végétaux d’ornement (pelouse, plantes ligneuses et herbacées).

Le principe de lutte intégrée en milieu urbain est reconnu par plusieurs provinces canadiennes et états américains, sous l’expression anglaise « Integrated Pest Management (IPM) ». Au Québec, la lutte intégrée en milieu urbain est également reconnue par plusieurs municipalités, dont la Ville de Québec et la Ville de Montréal. De plus, des programmes de formation et de recherche sur la lutte intégrée en milieu urbain ont été répertoriés dans plus de 15 universités canadiennes et américaines.

Données complémentaires

Accueil » Milieu municipal » Environnement » Lutte intégrée